La planche à pain qui voulait se faire aussi grosse que la truie

C’est l’histoire d’une jolie fable que je vais vous raconter aujourd’hui, celle de la grenouille et du boeuf, de la planche à pain et de la truie, du sac d’os et du gros tas…

Bref, l’histoire des gens anormaux…

L’idée de cet article m’est venu alors que je lisais les commentaires d’une publication facebook (pas bien de lire les commentaires… des fois ça peut vraiment être effrayant…). C’était une publication sur une fille ronde qui s’était prise en photo pour montrer, qu’elle aussi, pouvait être jolie. Ou quelque chose comme ça, une publication comme on en voit beaucoup maintenant. Et dans les commentaires j’ai pu lire à peu de choses près: « Oui cette fille est très jolie avec ses rondeurs, bien plus jolie que ces planches à pain toutes maigres et sans forme » ou bien dans un autre genre « c’est quoi cette truie? Moi je préfère ne pas avoir de forme que de ressembler à ce tas »

Heu, excusez moi mais, ce n’est pas un peu contre productif tout ça? Prôner la tolérance tout en étant complètement intolérant soi même. Et permettez moi de revenir sur cette histoire de « t’es trop gros / t’es trop maigre » qui me suit depuis des années et que j’ai moi même résolu il y a finalement peu de temps.

p1030232

∇ …TROP GROS trop maigre… ∇

Pour moi ces considérations n’ont de sens que si l’on se réfère à la santé. Effectivement si votre santé est mise à mal à cause d’un surpoids ou au contraire d’un poids trop faible, il faut faire quelque chose. Et oui, on le sait tous, c’est tellement con mais tellement vrai, la santé c’est le plus important! Une fois ça mis de côté le reste n’est que jugement subjectif. Gros, maigre, sont des termes nécessaires pour hiérarchiser l’aspect physique de plusieurs individus mais ils ont malheureusement bien souvent une connotation négative qui les éloignent de leur utilisation première. Une personne grosse s’empiffre à longueur de journée et est fainéante une personne maigre est aigrie, associable et sirote des jus de légumes quand on lui propose un bon repas… C’est bien connu…

Mais surtout, les termes gros et maigre n’ont de sens que s’ils sont mis en comparaison avec une norme. la norme, c’est quoi la normalité?

Selon Wikipédia: La normalité est ce qui est conforme à ce dont on a l’habitude, ce qui ne surprend, ne dérange ni n’attire la curiosité car ‘moyen’ (norme) et considéré de ce fait comme règle à suivre. Cela reste une notion vague, définie en fonction de chaque personne, selon ce qu’elle est, et selon son milieu (ses références). Une chose dite ‘normale’ peut être perçue différemment selon la sensibilité, l’ouverture d’esprit, et l’intellect de chacun. Pour Fernant Ouellette : « La normalité demeure une question relative à une époque et à une civilisation. Or chaque culture a tendance à croire que son équilibre est la norme universelle. « 

Donc la normalité c’est rien, c’est tout, c’est propre à une époque, un pays, un individu… Et comme j’ose espérer que chacun pense plus ou moins différemment, on peut dire que chacun se fait sa propre notion de la normalité.

D’accord. Donc trop gros/trop maigre, par rapport à la normalité que chacun trouve juste à ses yeux, n’aura pas la même résonance selon qui le pense. Tout ça pour dire que bien sûr la beauté (parce que je parle là de poids/morphologie mais on peut appliquer cette théorie à bien d’autres choses) c’est très subjectif, chacun en a sa propre définition et on peut dire à partir de là que chaque type de physique peut être beau. Qu’on soit d’accord, je ne suis pas entrain de dire que l’on doit trouver tout le monde à son goût. Nous avons tous des préférences physiques, il s’agit juste de ne pas juger une personne de moche sous prétexte qu’elle ne correspond pas à nos critères.

p1030234

∇ Mais pourquoi on se sent mal dans notre peau? ∇

On a tous un vécu différent. Et un mal être physique peut s’installer à cause d’une multitude d’évènement. Si je prends mon exemple: J’ai passé quelques années de ma vie à être mal dans ma peau. Alors oui, vers l’âge de 7/8 ans j’ai commencé à être un peu ronde, pas de quoi casser 3 pattes à un canard comme dirait l’autre. Mais je n’ai jamais subi de moquerie à ce sujet, j’ai toujours eu plein d’amis, plus tard j’ai plu aux garçons ni plus ni moins que les autres filles, bref, tout roulait. Alors comment avais-je réussi à me mettre dans le crâne que je n’étais pas assez bien, et ça même quand en grandissant je suis de nouveau revenu « dans la norme ». Sûrement tout un tas de choses dues à mon histoire personnelle, mais aussi le regard de certains adultes qui ont croisés mon chemin pendant mon enfance. Oui, finalement c’est de leur part que venaient les réflexions sur mon apparence et les concepts de type régime, qui sont normalement loin des considérations d’un enfant. Ils ont transposé sur moi leur propre mal être et leurs peurs. Ajoutez à ça l’image de la femme parfaite que l’on nous renvoie sans cesse dans notre société et voilà j’avais  fini par croire que ne pas rentrer dans les cases était une mauvaise chose. Aujourd’hui j’ai grandi et à force de travail sur moi, de rencontres et bien d’autres choses je me suis rendu compte que je n’avais en fait aucun problème avec mon physique, que je n’étais pas mieux mais certainement pas moins bien qu’une autre. Car le message que je souhaite faire passer n’est pas de d’arrêter de nous faire croire que les femmes minces sont l’exemple à suivre et que l’on devrait plutôt mettre les femmes rondes en avant. Non, il faut en fait de la diversité (diversité, un mot qui apparemment fait peur à beaucoup de monde en ce moment…) maigre, mince, grosse, grand, petit, avec beaucoup ou peu de poitrine… il devrait y avoir tous types de corps pour nous représenter (bon ça marche aussi pour la gent masculine hein ;P )

p1030237

∇ Et puis on n’est pas tous logés à la même enseigne… ∇

Il faut savoir faire en fonction de ce que la nature nous a donné, et même si a priori quand tu manges beaucoup tu grossis et vice versa ce n’est pas toujours aussi simple . Il y a une époque où je mangeais plutôt léger et où je faisais 2h de sport par jour, 5 à 6 jours par semaines. À cette époque j’avais le temps, l’envie, cette routine m’allait bien. Et déjà, malgré tout ça j’étais loin d’être maigre, j’étais « normale ». Oui mon corps me demande beaucoup d’effort pour être juste dans la norme, oui je grossis très facilement et mon poids de forme, celui qui me convient, où je suis en pleine santé et me trouve a mon avantage, n’est sûrement pas celui qui correspond à la norme. À contrario, j’ai aussi eu dans mon entourage des personnes se trouvant trop maigres, et qui, malgré leurs efforts, n’arrivaient pas à grossir. Même en mangeant comme 4, même sans pratiquer la moindre activité physique. Nous avons tous des métabolismes différents. Alors manger comme un oiseau tout le reste de ma vie non merci. courir après un objectif qui n’est pas réalisable… c’est à mes yeux une perte de temps.

p1030241

∇ Alors comment on fait pour s’accepter? ∇

Et bien  déjà on prend en compte tout ce que je viens d’exposer au dessus. On dédramatise aussi. S’accepter ça ne veut pas dire se trouver parfait sinon effectivement ça risque d’être compliqué et cela demande un sacré ego. Être bien dans ses baskets c’est être conscient de ses défauts mais aussi et surtout de ses qualités. C’est peut être avoir des petits complexes comme tout le monde mais que ce ne soit pas une affaire d’état. S’assumer ne rime pas forcément avec défiler, vous avez remarqué qu’à la télé on nous montre toujours des filles « grosses » qui s’assument en s’inscrivant à l’élection de miss ronde et en faisant des séances photos burlesques… si c’est votre truc allez-y mais vous pouvez aussi être quelqu’un de discret ou pudique tout en étant très bien dans votre corps. Vous pouvez aussi avoir envie de peaufiner votre physique, d’être la meilleure version de vous même. Tant que vos attentes restent cohérentes avec ce que la nature vous a donné et que vous le faite pour de bonnes raisons. Pourquoi? Pour qui? L’apparence physique joue un rôle dans la séduction amoureuse on est d’accord. Mais encore une fois il faut se mettre dans la tête qu’il y a autant de types de physiques que de personnes avec des goûts différents. Et si vos amis ou votre famille commence à vous juger par rapport à votre apparence, ne changez rien chez vous, changer plutôt votre entourage dans ce cas là…

Et une dernière chose, mais certainement la plus importante, vous n’êtes pas qu’une enveloppe corporelle (non? Rassurez moi…). Votre caractère , votre façon de vous comporter, vos connaissances, vos traits de personnalité… c’est avant tout, ça, qui fait de vous la personne que vous êtes.

p1030247

Sur ce, la planche à pain et la truie repartirent bras dessus bras dessous prêtent à profiter de la vie, en se trouvant toutes les deux très jolies!!

p1030261

4 Comments

  1. Patricia Deffrenne

    4 février 2017 at 18 h 55 min

    Magnifiquement écrit tellement vrai. Nombre de femmes vont se retrouver dans ces propos

    1. bougiedautomne

      4 février 2017 at 19 h 04 min

      Merci! Oui je l’espère, si ça peut faire en sorte que des lecteurs ou lectrices de l’article se sentent mieux ça serait super 🙂

  2. vtqal

    27 mars 2017 at 9 h 28 min

    Bel article. Mais tu vois moi je n’arrive pas à comprendre les gens qui sont aussi méchants… C’est triste. Il est où le plaisir à dire des méchancetés?!
    On est comme, on est et la priorité c’est de se SENTIR BIEN!

    1. Bougie d'Automne

      27 mars 2017 at 13 h 11 min

      Je pense que finalement ceux qui ont le besoin de rabaisser les autres sont justement ceux qui n’ont pas confiance en eux et qui sont mal dans leur peau

Laissez moi un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :